Triathlon Sud-Vendée, « petit » M… encore un compte-rendu ?

Je ne pensais pas faire de CR de mon deuxième triathlon, mais finalement, avec quelques photos grâce à Jean-Phi, et parce qu’en un mois après Chantilly, en faisant surtout plus de volume en vélo, les entraînements ont permis une belle évolution, donc il y a un peu de matière… alors c’est parti pour le compte-rendu.

Le week-end du 30 septembre – 1er octobre se déroulait à l’Aiguillon-sur-mer le dernier épisode de la saison de triathlon avec la coupe de France de duathlon, triathlon, master triathlon, jeunes, …

Le tout se cloturait par un « petit » triathlon M, 1200 m de natation (au lieu de 1500m), avec sortie à l’australienne après 600m, suivis de 30km de vélo (au lieu de 40km, le compteur n’en a vu que 28,4), et 7,5km (au lieu de 10 -le compteur en a vu 7,7).

Cerise sur le gâteau, à force d’en parler entre nous, nous sommes finalement 24 inscrits du club, La Roche Vendée Triathlon en force !

TeamBlackBluePink

La préparation

Après le M de Chantilly le 27 août (mon premier triathlon), le tout était de maintenir le niveau de forme.
Une première semaine light pour récupérer pour commencer, avec seulement 4h40, dont 3h de vélo.
Puis 3 semaines sur les mêmes bases que la prépa Chantilly, à environ 7h par semaine, en axant plus sur le vélo : c’est vraiment une discipline où le volume est hyper important, surtout en tant que débutant !
Presque toutes les sorties se font retour vent de face, histoire de rendre les fins plus dures : on ne sait jamais, en bord de mer, il peut parfois y avoir un peu de vent, et même que parfois, il peut être de face… et si ça se trouve, se sera sur le retour…
Break de 2 jours les jeudis et vendredis pour bien récupérer et faire du jus, avant le petit déblocage vélo et CAP de veille de course.
Ca fera au final 7h / 85km de CAP, 5h / 15km de natation, et 16h / 480km de vélo.

PrépaAiguillon

La course

La natation
Echaudé par la fosse sceptique de Chantilly, il fallait évacuer la mauvaise expérience d’abord, donc avant tout rester dans ma zone de confort.
Me considérant comme un nageur médiocre, je me place derrière, sur le côté droit -ouais, les mauvaises langues diront que c’est surtout pour être près des filles, parce que ça va frotter :-) .

DSC00239 But du jeu, me décaler sur la droite pour partir à mon rythme, poser ma nage d’entrée : pas de sprint, respi 3 temps, bien allonger.
Ca frotte pas mal sur 150m, j’alterne respi 2 temps – 3 temps, nage plutôt bien posée jusqu’à la première bouée rouge.

DSC00242 No stress, je suis bien dans ma nage, pas d’essoufflement excessif, pas de mal au bras, j’économise les jambes, je repense aux séances de Joseph avec respi 5/7/9 temps ces dernières semaines pour bien rentrer la tête, bien allonger, bien prendre appui, bien pousser.
Le coup de passer par dessus les autres en roulant marche très bien aussi ;-)
Testé et approuvé !
Je prends large pour repiquer à la seconde bouée rouge pour filer tout droit, bien à droite, jusqu’à la bouée blanche qui marque presque un 180° vers la sortie à l’australienne.

DSC00243 Ca bouscule un peu, et il faut passer les cables d’ancrage.
Je marche pour sortir, histoire de souffler, puis je trottine tranquillement dans l’eau.
No pression ;-)
Pour le deuxième tour, même topo que le premier tour, sauf que je me cale un peu plus près des bouées : je respire un peu plus 2 temps à gauche pour suivre le repère de la ligne.
Ca frotte un peu… tiens, c’est le copain Yann, « la loutre »… c’est que je ne suis pas si mal si on est au même point.

Bim !
Tiens, un nageur venu de la droite me file un coup dans les lunettes et dans la montre : je m’arrête en passant sur le dos pour remettre les lunettes et le bracelet de la montre correctement, sans stresser.
Mais il y a moins de monde, donc pas de risque de me faire passer dessus.
Bouées rouges passées, je me place très à droite pour bien poser la nage, et aussi pour accélérer un peu (ouais, je sais, ça va pas très vite de toutes façons) pour commencer à monter un peu le cardio pour le vélo.
Puis c’est la sortie de l’eau.
Cette bouée et cette rampe rouge ne sont pas super bien placées, alors je prends plus large qu’à la sortie à l’australienne, pose les pieds, et c’est parti pour T1.

DSC00245

Transition 1

‘tain, j’arrive pas à défaire le scratch de la combi…
Olivier l’a vachement bien plaqué !
Ah, enfin, quand même…

Trotin-trotta jusqu’au vélo.

Laetitia m’encourage en passant.
En bonne instit, elle sait brailler comme il faut pour qu’on la reconnaisse ;-)

Je suis juste derrière Cyrille et Yann, et Jonathan passe aussi à ma hauteur en m’encourageant dans la zone de transition.
Sylvain et Guillaume sont là aussi.
Les gros nageurs (Simon, Flavien, Erwan, …) sont bien sûr déjà loin, mais si je sors de l’eau en même temps que d’autres qui, eux, nagent, c’est que finalement je ne suis pas si à la ramasse que ça !

Finalement, le chrono annoncera 26’42, 154ème temps.
Première moitié du paquet. Moyen, mais je sors frais, et c’est une grosse différence avec Chantilly !

Florian et Simon qui sont dans la même alvéole que moi sont bien sûr déjà partis.

Mise en route du compteur vélo, retrait de la combi.
Je zappe les chaussettes pour mettre les chaussures : il pleut, pas de temps à perdre ce coup-ci.
Casque, lunettes, dossards, tourné dans le dos et c’est parti pour le vélo.

DSC00253

Le vélo

Le cardio est bien haut au démarrage : plus de 150bpm / 80% de la fréquence max.
Pas plus mal, et les jambes ont l’air bien.
C’est parti pour un petit bout en ville, ça tournicote un peu, alors que m’hydrate bien avant de commencer à appuyer.
Passage près de la ligne, c’est parti !

Le cardio est à 155, mais les jambes ne piquent pas du tout, alors que le compteur indique 38-39kmh par moments !
Premier demi-tour, très prudent, puis c’est reparti vent dans le pif.
Un bon petit vent (Météo Farce annonçait 45kmh en rafales, 20-30kmh sinon) qui vient s’ajouter à la pluie, qui varie de bonne grosse pluie qui mouille à bon petit crachin qui détrempe…

Là, je suis content de mes entrainements des dernières semaines : retour systématique vent de face, donc je sais (confirmé par les copains masters un peu plus tôt) qu’il faut mettre un peu moins de braquet, garder plutôt la cadence pour ne pas se griller.
C’est sûr, ça donne 5 kmh de moins (déjà que je me traîne !), mais ça permet de tenir une bonne allure (pour moi !) et de garder les cuisses pour envoyer un peu plus (oui, juste un peu…) sans se griller avec le vent dans le dos.

Les trois boucles s’enchainent, en essayant de garder une cadence autour de 95-100trm.
Je craignais que ça bouchonne plus, ce qui pourrait être gênant en non drafting, mais en fait, ça passait bien, même dans la partie vers la digue.

A l’approche de la fin (que je cherche un peu, donc ralentissement sur les 500 derniers mètres), je m’hydrate bien.

Finalement, je boucle les 28,45km en 51 minutes, à 33,4kmh de moyenne, 53’49 au temps officiel avec la transition, le 129ème temps des 329 participants, en reprenant 18 places !
Je ne suis plus totalement ridicule en vélo finalement !

Dès la descente du vélo, je sens que les jambes sont très bien ; les mauvaises langues diront que j’ai pas assez forcé en vélo ;-)

Transition 2

Cyrille, que j’avais rattrapé en vélo un peu avant la fin du parcours, me double dans la transition.
Vu qu’il ne me prend même pas 50m, c’est que la mienne de transition n’était pas trop pourrie ;-)
Après avoir enregistré l’activité vélo (10s de perdues), enfilage des chaussures.
J’ai mis des lacets élastiques, testés le mercredi précédent en entrainement.
Je me bagarre juste avec la chaussure droite dont l’arrière ne veut pas se mettre correctement (re 10s de perdues).
Ah, oui, ne pas oublier d’enlever le casque et les lunettes…
Et prendre la flask avec la boisson isotonique.

La course à pieds.

Je profite des 200m de la zone de transition pour bien détendre les jambes, poser les pieds. Relâcher les épaules.
Les sensations sont très, très bonnes.
Oubliées les tensions de Chantilly !
Alors je lâche les chevaux : si j’ai fait du 4’17 à Chantilly sur 10km après la natation pitoyable et les 48km de vélo, je peux prendre des risques sur 7,5km !

Après quelques centaines de mètre à presque 3’35, je calme le jeu en laissant filer un autre coureur, et me cale sur 3’45-3’50, jusqu’à la fin de la première boucle.
Là, prudence avec un passage sur des planches en bois avec des marches, puis un passage sur du sable mou, puis re des planches.
Tout ça fait perdre un peu de rythme, et surtout de souplesse / décontraction dans la course, plus le bouchonnage sur tout le secteur avec certains collègues qui roulent à deux au milieu du chemin…

DSC00262
Le temps de repartir sur de bonnes bases, et je retrouve mon allure.

Les supporters Laetitia, Stéphane, Olivier, Noam et Stéphane près de l’arrivée, et Didier un peu plus loin sur le parcours, et tous les copains que tu croises, pas possible de mollir !
Super !
Et quand y’a un copain devant, ça donne le jus pour aller le chercher.

DSC00264

Dans le dernier tour, je reprends Olivier, puis je croise Jérémy qui me dit d’accélérer pour finir devant lui, puis je reprends Guillaume à 700m de l’arrivée.

Un dernier kilomètre à 3’43, et le dernier 700m à 3’45, pour boucler le tout à 3’49 de moyenne, en 29’14.
Temps officiel de 31’04, transition comprise, 25ème temps du jour, et 60 places gagnées encore ;-)

 

Mon bilan à moi perso que j’ai…

Plusieurs objectifs.
D’abord, éliminer le mauvais souvenir de la natation à Chantilly.
Ca, c’est fait.
En nageant à mon rythme, sans forcer, posé, avec la sortie à l’australienne (une première), finir dans la première moitié du classement, c’est que finalement, je ne suis pas totalement nul.

Ensuite, pousser un peu en vélo, ce que je n’avais pas osé faire à Chantilly, par manque de repères.
Rester autour des 80% de FCM et voir ce qui reste en magasin ensuite pour la CAP.
A 300m du premier demi-tour, j’ai croisé Olivier, qui est nettement meilleur que moi en vélo. Je l’ai croisé presque au même niveau les deux tours suivants et il ne mettra qu’une minute de moins seulement.
J’ai donc réussi, malgré des conditions météo non optimales (ou peut-être grâce à cela ?), à tenir son rythme, totalement impensable en juin !
Impensable encore aujourd’hui sur un terrain plus vallonné, mais y’a du progrès.
Et un cardio qui diminue à mesure de l’effort, comme quoi, le cuissot, ça pousse en pédalant ;-)
VéloVitesse CardioVéloCardio

Après, voir ce qui restait en magasin après avoir poussé en vélo pour la CAP.
Et si ça allait, envoyer du steak !
Idéalement, aux alentours de 4’/km.
Objectif plus qu’atteint : allure visée pour le 10km de début novembre (3’45-3’50) tenue sur 7,7km, et surtout après la natation et le vélo.
CAP2CAP1
Par curiosité, j’ai regardé combien de participants étaient sortis derrière moi à la natation pour finir devant au classement final.
Un seul, qui sort presque 1′ après moi de l’eau, mais me reprend 1’40 en vélo (+ transition) et 1 seconde à la CAP ;-)

Il y avait aussi l’idée d’éventuellement améliorer les transitions.
A 2’30 de moyenne sur les deux transitions, il y a un gros progrès par rapport à Chantilly (4’30 de moyenne !).
Avec les chaussures sur les pédales, je peux gagner un peu de temps à la sortie de T1 et sans doute plus encore à l’arrivée de T2.
Encore un peu en courant plus vite et surtout sans les chaussures à ces mêmes moments.

Enfin, l’objectif principal, c’était de me faire un méga kif, et de profiter de faire ce triathlon avec 24 copains et copines du Roche Vendée Triathlon.
Là aussi, objectif atteint !!
Largement, même !

Bon, le M passe bien… ça fait quoi un L ?
Tours est déjà complet, alors pourquoi pas l’Aiguillon qui refait un L le 29 septembre 2018 ?

La Roche mi-mai 2018, Les Sables M mi-juin, l’Aiguillon L en septembre… ça ferait pas mal…
Et pourquoi pas le L de Chantonnay (1.8 / 85 / 21) début juin en mode découverte ?
Ou Lacanau (1.9/80/21) début mai ?
Ou un des L bretons en juillet ?

Une fois piqué, le virus triathlon est particulièrement actif !

 

 

5 thoughts on “Triathlon Sud-Vendée, « petit » M… encore un compte-rendu ?

  1. Pingback: Triathlon M des Sables d’Olonne : une première mer-morable ! | SYAM ! Bienvenue chez nous !

  2. Merci pour ce CR, toujours aussi intéressant à lire et surtout ça permet de se rendre compte comment on vit ça de l’intérieur. Un petit regret c’est de n’avoir pas pu suivre la course en vélo par manque d’info ou d’indication sur le parcours.
    Continue comme ça camarade, les JO de Paris, c’est dans 6 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>